[{"id":259,"name":"Montserrat","type":"google","configs":{"family":"Montserrat","other":{"100":true,"200":true,"300":true,"500":true,"600":true,"700":true,"800":true,"900":true,"100italic":true,"200italic":true,"300italic":true,"regular":true,"italic":true,"500italic":true,"600italic":true,"700italic":true,"800italic":true,"900italic":true},"path":"https:\/\/fonts.google.com\/specimen\/Montserrat"},"family":"Montserrat","used":false},{"id":260,"name":"Roboto","type":"google","configs":{"family":"Roboto","other":{"100":true,"300":true,"500":true,"700":true,"900":true,"100italic":true,"300italic":true,"regular":true,"italic":true,"500italic":true,"700italic":true,"900italic":true},"path":"https:\/\/fonts.google.com\/specimen\/Roboto"},"family":"Roboto","used":false},"Roboto","Roboto","Roboto"]

 

Cinquième Journée d'étude et de Recherche 2000

 

 

Argument


L'homme est le seul de toutes les espèces à ne pas être soumis à l’instinct de reproduction. Ainsi peut-il décider de ne pas se reproduire. Mais alors quelle force l’y pousse ? D’autant qu’il n’a jamais de relations simples avec ce qu’il produit. Le désir de se perpétuer touche au fantasme de l’immortalité et à l’inscription symbolique dans l’ordre des générations.


De quelle attente l’enfant est-il l’objet aujourd’hui ?

Naguère homoncule, la modernité de nos sociétés dites avancées lui a donné le statut d’enfant–roi. Dans d’autres (comme jadis chez nous) l’enfant est mis au travail dès qu’il se peut, jusqu’au paradoxe qui veut que l’enfant travaille alors que l’adulte est au chômage et que c’est l’enfant qui soutient toute la famille.


La psychanalyse révèle le statut d’objet donné à l’enfant. On attend de lui qu’il procure du contentement voire de la jouissance. Ou on le fait travailler ou l’on se sert de lui comme force de vente. L’enfant moderne devient un argument publicitaire. Nous sommes passés de l’enfant vendu à l’enfant qui fait vendre.


Il n’est de parents que d’enfants et c’est l’enfant qui fonde et qui légitime les parents. D’où le recours forcené à toutes les méthodes qui permettent d’être dits “parents”. La contraception a transformé radicalement la famille : “Un enfant si je veux, quand je veux” peut dire la femme. L’enfant devient un dû et la science est sommée de résoudre les impasses du désir. Les pères peuvent se défausser d’un : “Tu l’as voulu, tu l’as eu, débrouille-t’en”. Et les familles se décomposent et se recomposent à tout va.


On gâte trop l’enfant, on lui donne trop, entend-on dire souvent. Mais les prétendues exigences de l’enfant ne sont-elles pas les réponses aux besoins induits par les adultes alors que les effets de la mondialisation les privent de leurs parents, entraînant les carences affectives et éducatives que l’on sait. La ségrégation et le chômage amènent l’ennui et l’ennui déchaîne la violence. La violence appelle la violence et la répression attise le feu. Chatouiller la loi fait surgir du père, mais à quel prix.


Donnons-nous les outils pour réfléchir à comment créer du lien social, seul moyen susceptible de rendre le monde plus humain.